Erreurs Vente de biens immobiliers

Erreur numéro 1 : je commence tout juste à vendre mon bien

De nombreux propriétaires se lancent dans l’aventure de la vente d’une propriété sans savoir exactement à quoi s’attendre. Il y a beaucoup de questions à clarifier à l’avance. Par exemple:

  • Quel est le meilleur moment pour vendre ?
  • Combien de temps dure la vente ?
  • Comment remplacer mon crédit immobilier ?
  • Quand dois-je acheter une nouvelle propriété?
  • Ai-je besoin d’un prêt ?
  • Comment organiser le transfert de propriété en termes temporels et économiques ?
  • Comment obtenir le meilleur prix de vente ?
  • Que vont demander les acheteurs ?
  • Quels pièges juridiques pourraient exister ?
Erreur 2 : je connais le prix de mon bien !

Chaque propriétaire sait combien il a payé pour sa propriété et ce qu’il a déjà investi en espèces. Il n’est pas rare que cela soit la base de vos propres attentes en matière de prix: «Je veux obtenir ce pour quoi j’ai payé». Mais cette notion de prix diffère souvent du prix réel. Le prix réel peut être supérieur ou inférieur.

Le prix de vente est déterminé uniquement par l’offre et la demande au moment du processus de vente. Prédire le prix réalisable n’est pas si facile. Cela nécessite une grande expérience et une grande connaissance des facteurs qui influencent la valeur d’une propriété. Quant à l’évaluation immobilière, recourez donc à la vieille sagesse : en cas de doute, demandez à quelqu’un qui sait.

Erreur 3 : Je n’ai pas besoin d’un agent immobilier pour vendre ma propriété !

En effet, de nombreuses personnes vendent leur propriété sans passer par une agence immobilière. La question clé ne devrait pas être de savoir s’ils peuvent le faire eux-mêmes, mais comment le vendre au meilleur prix sans investir beaucoup de temps, d’efforts et d’argent.

L’expérience prouve qu’un professionnel dévoué peut être d’une grande aide, justifiant l’argent investi dans son travail. Ils peuvent faire une évaluation professionnelle, créer une meilleure visibilité, annoncer le bien, organiser des visites du bien, être disponibles pour des appels téléphoniques, faire des négociations de prix, préparer le contrat d’achat, aider en cas d’éventuel imprévu, assurer les frais de commercialisation et ne percevoir que des honoraires en cas de succès.

Erreur numéro 4 : je peux faire une annonce moi-même.

De nombreux vendeurs privés mettent simplement la propriété dans le journal ou sur Internet et attendent de voir ce qui se passe. Cependant, ceux qui fixent un prix très élevé génèrent généralement une faible demande. D’un autre côté, si vous fixez un prix trop bas, vous perdez de l’argent inutilement.

Un autre problème est le suivant: les vendeurs privés veulent souvent économiser de l’argent sur le marketing en choisissant un seul canal ou une seule plate-forme de marketing. Si un acheteur potentiel ne voit pas l’offre, le propriétaire perdra des opportunités de vente.

Erreur numéro 5 : montrer la propriété ne peut pas être si difficile.

Et qui pourrait le faire mieux que le propriétaire ? Les acheteurs potentiels ont souvent un point de vue très différent sur la propriété. Les intéressés demandent, par exemple, à quel prix serait-il possible de changer l’installation, combien coûterait l’isolation thermique, etc.

Il n’est pas rare de trouver des acheteurs potentiels avec de longs questionnaires. Les propriétaires ne sont pas toujours préparés à cela, mentionnant surtout ce qu’ils jugent pertinent. Et parfois, ils oublient de mentionner quelque chose de vraiment important (comme des vices cachés qui peuvent entraîner des dommages).

Erreur numéro 6 : Pourquoi négocier ? Je dis ce que je veux !

Tous les propriétaires ne sont pas doués pour s’expliquer et les acheteurs potentiels veulent réussir dans la négociation. Un propriétaire doit bien réfléchir au prix qu’il souhaite fixer, au montant qu’il peut négocier et à ce qu’il peut offrir (par exemple, «Je laisserai la cuisine équipée si nous allons au bureau d’enregistrement la semaine prochaine.»).

L’expérience permet des négociations plus fructueuses. Les consultants commerciaux peuvent être très utiles dans les négociations de vente. Celles-ci peuvent établir un équilibre entre les intérêts du vendeur et de l’acheteur et assumer un rôle de médiateur que le propriétaire lui-même ne sait pas jouer.
Erreur numéro 4 : je peux faire une annonce moi-même. De nombreux vendeurs privés se contentent de mettre leur bien dans le journal ou sur Internet et attendent de voir ce qui se passe. Cependant, ceux qui fixent un prix très élevé génèrent généralement une faible demande. D’autre part, si vous fixez un prix trop bas, vous renoncez inutilement à de l’argent. Un autre problème se pose : Les vendeurs privés veulent souvent économiser de l’argent sur le marketing en choisissant un seul canal ou une seule plateforme de marketing. Si un acheteur potentiel ne voit pas l’offre, le propriétaire perdra des occasions de vendre. Erreur numéro 5 : Faire visiter la propriété ne doit pas être si difficile. Et qui pourrait le faire mieux que le propriétaire ? Les acheteurs potentiels ont souvent un point de vue très différent sur la propriété. Les intéressés demandent, par exemple, à quel prix il serait possible de changer l’installation, combien coûterait l’isolation thermique, etc. Il n’est pas rare de trouver des acheteurs potentiels avec de longs questionnaires. Les propriétaires ne sont pas toujours préparés à cela, mentionnant surtout ce qu’ils considèrent comme pertinent. Et parfois, ils oublient de mentionner quelque chose de vraiment important (comme les vices cachés qui peuvent entraîner des dommages). Erreur numéro 6 : Pourquoi négocier ? Je dis ce que je veux ! Tous les propriétaires ne sont pas doués pour s’expliquer et les acheteurs potentiels veulent réussir la négociation. Un propriétaire doit bien réfléchir au prix qu’il veut fixer, à ce qu’il peut négocier et à ce qu’il peut offrir (par exemple : “Je laisserai la cuisine équipée si nous allons au bureau d’enregistrement la semaine prochaine”). L’expérience permet de mieux réussir les négociations. Les consultants en affaires peuvent être très utiles dans les négociations de vente. Ils peuvent trouver un équilibre entre les intérêts du vendeur et de l’acheteur et assumer un rôle de médiateur que le propriétaire lui-même ne sait pas jouer.

Planifiez une consultation gratuite avec l'un de nos experts dès maintenant !

How can we help you?

Send us a message

Comment pouvons-nous vous aider ?

Envoyez-nous un message

Ne manquez pas les offres ou les nouvelles!

Inscrivez-vous à notre newsletter et ne manquez pas les dernières nouvelles et offres !